Le sommeil

CENTRE PMS DE VIRTON WBE 

Cabinets de consultations à :

Le sommeil

Le sommeil est indispensable, on ne peut pas vivre sans dormir et la privation de sommeil a des conséquences néfastes pour la santé.

 

A quoi sert le sommeil ?

 

Le sommeil est essentiel au développement de l’individu.

Le sommeil est un besoin fondamental de chacun. Il lui assure un bon développement physique, psychique et cognitif.

Un sommeil de bonne qualité est donc essentiel à ton développement et t’aide dans tes apprentissages. Pendant que tu dors, tu consolides tout ce que tu as appris dans ta journée.

 

Dormir suffisamment te permet :

  • De bien te développer sur le plan physique ;
  • De renforcer tes apprentissages ;
  • De renforcer tes capacités de mémorisation ;
  • De te concentrer davantage et plus longtemps ;
  • De mieux gérer tes émotions ;
  • D’être en forme pendant la journée ;
  • De sécréter l’hormone de croissance : le cortisol, l’insuline ;
  • De renouveler tes cellules ;
  • De renforcer ton système immunitaire.

 

À l’inverse, ne pas dormir suffisamment peut nuire à ta santé, affecter ta mémoire, ton raisonnement logique, ton comportement et ta capacité à gérer tes émotions.

Il existe des difficultés de sommeil comme l'insomnie, et des pathologies du sommeil, comme le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS), pour lesquelles il est nécessaire de consulter un médecin.

 

Eduquer au sommeil

 

Combien de temps doit-on dormir selon l’âge ?

Chacun a besoin d’un temps qui lui est propre, qu’on peut évaluer en allant se coucher quand on a sommeil, le soir, sans résister et en se réveillant naturellement le matin. En moyenne, mais cela peut varier d’une personne à une autre :

 

  • Entre 4 et 5 ans : 11h30 à 12h
  • Entre 5 et 6 ans : 11h à 11h30
  • Entre 6 et 11 ans : 10 à 11h
  • À partir de 11 ans : 9 à 10h
  • Adulte : 7h30 à 8h

 

Les cycles au cours d’une nuit de sommeil :

 

Le besoin de sommeil survient généralement chaque soir à la même heure, annoncé par une sensation de fatigue, de faible activité mentale, de froid. Si on se couche à ce moment-là, le temps d’endormissement est généralement court (moins de 10 minutes).

Nous nous endormons en « sommeil lent », sommeil lent qui va durer en moyenne de 1h10 à 1h 40. D'abord sommeil lent léger puis progressivement de plus en plus profond (le plus réparateur).

À la fin de cette phase, nous passons en « sommeil paradoxal » pour 10 à 15 minutes.

Une nuit complète représente l'enchaînement de 4, 5 ou 6 cycles de ce « train ». La fin du sommeil paradoxal est marquée par une phase de pré-éveil très courte, insensible pour un dormeur normal, mais où l'éveil serait très facile. Puis, si aucune stimulation particulière ne le tire du sommeil, le dormeur enchaîne un nouveau cycle.

 

Connaître les facteurs favorisants le sommeil :

 

  • Se donner un peu de temps calme avant de dormir : lire, écouter une musique douce.
  • Essayer de penser à des choses agréables.
  • Ne pas repousser le sommeil quand on sent qu’il vient, ne pas attendre pour aller se coucher.
  • Veiller à une température adaptée de la chambre : aux alentours de 18°. La qualité du sommeil est favorisée par une atmosphère calme, silencieuse.
  • NE PAS PASSER DU TEMPS SUR UN ÉCRAN AVANT DE DORMIR : écrans, tablettes, ordinateurs, téléphones portables… ont des conséquences néfastes sur le sommeil.

 

L’alimentation peut jouer un rôle sur le sommeil :

 

  • Manger suffisamment, et pas trop près de l’heure du coucher ;
  • Les sucres lents que l’on trouve dans les féculents (pain, pâtes, pommes de terre, riz…) ont tendance à favoriser l’endormissement, alors que les protéines (viande, œufs, poissons) ont plutôt tendance à maintenir la vigilance ;
  • Éviter les boissons excitantes : café, thé, boissons à base de cola.

 

Les exercices physiques peuvent favoriser le sommeil, à condition qu’ils ne soient pas trop intenses et qu’ils ne soient pas pratiqués trop près de l’heure du coucher.