Le harcèlement et le cyber harcèlement

CENTRE PMS DE VIRTON WBE 

Cabinets de consultations à :

Le harcèlement et le cyber harcèlement

Le harcèlement se définit comme des actes répétés de violences, moqueries, humiliations en présence d’un public (physique ou virtuel).

 

Comment en arrive-t-on là ?


Il existe déjà du cyber harcèlement à l’école primaire, du harcèlement en crèche…

C’est un problème de TERRITORIALITÉ, il y a des lois qu’on ne peut éviter et toujours un phénomène d’agressivité et de violence.

C’est la loi du plus fort dès 2,5 ans…

 

Pourquoi le harcèlement explose-t-il de façon exponentielle ?

 

Parce que les règles ont changé, le point de rupture aurait eu lieu en mai 68. Avant, on avait un métier, une carrière, la valeur du travail, de la religion : La règle du « c’est comme ça ».

Après mai 68, il semble s’être produit une augmentation des lois PERSONNELLES au lieu des lois COLLECTIVES ; on a plusieurs métiers, plusieurs carrières, on doit se former au long cours, être le meilleur, « the » best, « the » voice, « the » meilleur talent, même un master ne suffit plus, il faut être autre chose pour être compétitif : belle porte ouverte pour écraser l’autre.

 

Les ados veulent être célèbres, sortir du lot. Mais dans le harcèlement, les jeunes vivent des situations de honte, donc plus aucune possibilité pour eux de devenir célèbres de quelque sorte qu’il soit.

Le harcèlement, c’est casser l’autre, sa personnalité. Et la limite n’est atteinte que lorsque cela va dépasser la capacité d’acceptation de l’autre, qu’il va déborder…

Donc, à l’heure actuelle, on se casse, on se traite, on se cache, on fait des battles pour celui qui aura le dernier mot… Des jeunes disent que c’est un jeu… 

Mais si c’est un jeu, il y a des REGLES, or ces mêmes jeunes ne connaissent pas les règles. Pour eux, il s’agit d’avoir le dernier mot, ce qui n’est pas une règle mais un principe.

En plus, si l’autre montre qu’il a mal, il fait un aveu de faiblesse dans un monde où il faut être le meilleur !


Où est l’humour là-dedans ? 


C’est le récepteur du message qui décide si c’est comique ou pas. Si le récepteur pense que c’est dur à entendre, alors ce n’est plus de l’humour. C’est le récepteur qui décide de la limite à ne pas dépasser et doit pouvoir le dire.


Que faire devant ce phénomène ou devant des situations de harcèlement ?

  • L’école a un rôle à jouer, en régulant des espaces de parole et en organisant des cours de récréation avec des règles, pour qu’elles ne deviennent pas des lieux de règlement de compte (ce sont les espaces de paroles qui doivent s’occuper de cela). Les éducateurs ont également un rôle à jouer.

 

  • Il est important de demander de l’aide à une personne de confiance, un ami, un parent !

 

  • Et Le centre PMS ? Il est là aussi pour t’aider et d’écouter :

 

Nous pouvons faire des animations de classe sur différentes thématiques autour du harcèlement.

Nous avons régulièrement des concertations avec les directions, les préfets ou les éducateurs pour en discuter (toujours dans le respect de la confidentialité, bien sûr).

Dès le plus jeune âge, il faut éduquer les enfants à la paix et à la communication non-violente.

Il est nécessaire de travailler sur différents « rouages » :


  1. Le rouage éducation au VIVRE ENSEMBLE
  2. Le rouagereconnaissance de ses ÉMOTIONS
  3. Le rouage rapport à l’ÉTIQUETTE /au JUGEMENT
  4. Le rouage développement de l’EMPATHIE (capacité à se mettre à la place de l’autre)

 

À propos de la communication non-violente :

Sur You Tube : « HISTOIRE DU CHACAL ET DE LA GIRAFE »

 

 

La girafe a un grand cœur, des antennes, elle voit de haut et à 360°, elle vit en communauté et se protège, est calme et si un lion arrive, est capable de le neutraliser d’un coup de patte.


Le chacal vit au ras de sol, ne voit rien, a besoin de se plaindre, de voir son propre intérêt, en permanence aux aguets. Ensemble, les chacals s’entre-tuent pour la nourriture, pour survivre.


Le chacal vit dans une relation de conflit, de survie, et face à cela, il a le droit de crier ou de se taire.


Face à un conflit, si nous mettons nos oreilles de chacal, on va en vouloir aux autres, à l’extérieur ou à soi-même si on se tourne vers l’intérieur (dépression, burn-out…). Pour sortir de là c’est compliqué, on est en mode survie, en colère.


Si on met des oreilles de girafe sur notre chacal, il va réaliser sa souffrance, ses conflits, et donc pouvoir prendre conscience de son état émotionnel, puis pouvoir sortir de ce lien émotion-pensée pour aller transformer son émotion en besoin, besoin d’en sortir, d’en parler, de mettre des choses en place, de prendre du recul. Ce mouvement intérieur va permettre au chacal de tourner ses oreilles de girafe vers l’extérieur et lui permettre alors de s’exprimer et dire à l’autre qu’il est énervé, en colère parce que….


On vit entre le chacal et la girafe, comment prendre de la distance par rapport aux faits et pas aux jugements qu’on a de l’autre et de soi-même.

Il existe un jeu de rôle contre le cyber harcèlement :

https://www.stoplaviolence.net